Si l'agriculture perdait son meilleur attaquant, le glyphosate ?

Le glyphosate a gagné l'attention du public depuis le vote des états-membres de l'UE en 2017 sur la reconduction de sa licence commerciale. Ce phénomène s'inscrit dans un mouvement de prise de conscience plus large des risques liés aux produits phytosanitaires. En France, le plan national d'actions Ecophyto vise une réduction de 50% des produits phytosanitaires d'ici 2025. Depuis 2019, les utilisations domestiques et par les instances publiques sont restreintes aux produits de biocontrôle et à ceux agréés en agriculture biologique [1]. Quel serait l'impact d'une interdiction totale du glyphosate sur la biodiversité ? Cet article en présente quelques aspects.

 

Il est difficile d'obtenir une réponse univoque à cette question. Les études menées portent sur différentes concentrations de principe actif, différentes espèces et différentes durées d'exposition [4]. Les produits issus de la dégradation du glyphosate et la durée de persistance dans l'environnement varient selon les réactifs rencontrés dans l'eau et le sol. Les produits de dégradation du glyphosate tout comme les adjuvants utilisés dans les produits commercialisés peuvent présenter un risque pour la biodiversité. Les adjuvants peuvent également présenter des synergies augmentant la dangerosité du produit final commercialisé. Parmi les effets prouvés du glyphosate, des sous-produits issus de la dégradation et des adjuvants sont inclus la diminution des populations de champignons et bactéries bénéfiques du sol, la perturbation de l'activité et du cycle reproductif des vers de terre, la perturbation du système digestif des abeilles domestiques et la perturbation du cycle de vie des algues, plantes, poissons, invertébrés et mammifères [2].


Fig. 1: Application of a glyphosate-based product

Plus de 90% du glyphosate est appliqué en contexte agricole à l'échelle mondiale. Cet herbicide représente 30% des ventes de pesticides dans l'Union Européenne [2,3]. Les utilisations non-agricoles concernent le contrôle de la végétation sur les voies ferrées, les routes, les zones publiques et les jardins [2] (Fig. 1). Une interdiction complète du glyphosate aura des conséquences importantes sur les pratiques agricoles, le rendement et la profitabilité des exploitations agricoles. L'agriculture de conservation et l'absence de labour, habituellement considérés comme des pratiques bénéfiques pour l'environnement, pourraient rencontrer les plus grandes difficultés avec l'interdiction du glyphosate [5].


L'agriculture de conservation est basée sur trois principes: un dérangement mécanique du sol minimal, un couvert biologique permanent et une diversification des espèces cultivées [6]. Ces pratiques réduisent l'érosion du sol et l'utilisation de combustibles fossiles, tout en profitant à la biodiversité [7]. Cependant, l'agriculture de conservation implique de recourir à des herbicides pour remplacer l'action du labour [8].


Les défenseurs du glyphosate craignent l'arrivée sur le marché de produits avec des conséquences plus néfastes sur la santé et l'environnement [9]. Le recours à un seul produit ou à une seule méthode (la protection chimique) face à l'ingéniosité de la nature ne peut pas fonctionner à moyen-terme (à ce propos, voir notre dernier article sur les adventices résistantes au glyphosate). La combinaison d'une diversité de techniques constitue une option durable (Fig. 2) : des pratiques préventives pour diminuer la germination (faux lit de culture, plantation inter-rangs), le suivi des cultures pour mieux comprendre les conditions et les conséquences de l'apparition des adventices, le contrôle mécanique (par exemple, le labour limité aux premiers cm du sol), le contrôle biologique avec d'autres cultures, l'intégration d'animaux au système agricole, de longs cycles de rotation (jusqu'à neuf ans) et la plantation d'un couvert permanent et d'espèces pérennes comme des arbres et des haies [2].


Fig. 2: recently tilled cover crop, perennial plants associated with crops, animals feeding on weeds and fertilizing the soil, intercropping

Ces méthodes demandent un investissement financier et en force de travail supplémentaire, en particulier durant les premières années de la transition. La quantification de ces investissements dépend des pratiques actuellement en place dans une exploitation agricole. Les indicateurs de rendement et de productivité sont régulièrement utilisés pour comparer des sytèmes agricoles avec et sans utilisation du glyphosate. Cependant, le calcul des nombreux services écosystémiques rendus et la valeur économique associée en l'absence de glyphosate devraient être pris en compte : augmentation de la fertilité du sol [10,11] menant à une réduction de l'utilisation des engrais, augmentation de la compétition inter-spécifique des adventices [12, 13], augmentation des sources de biocontrôle grâce à la recrudescence des insectes se nourrissant des adventices, menant à une augmentation des oiseaux et des chauves-souris (prédateurs d'insectes) [2], augmentation de la pollinisation [14, 15], diminution de la pollution des cours d'eau et du sol [2,4] qui a un impact à long-terme sur la santé humaine, augmentation du bien-être de la population grâce à des conditions de travail plus saines pour les agriculteurs, à la valorisation de leur savoir-faire, à la réappropriation des pratiques agricoles et la confiance des consommateurs [16]. Une méta-analyse récente démontre que ces avantages peuvent être combinés à des rendements satisfaisants dans des agroécosystèmes diversifiés [17].


Fig. 3: Common poppy is a weed
 

Les adventices sont indésirables car nos systèmes agricoles se limitent à la production d'un nombre réduit de plantes. Cependant, les adventices n'existent pas d'un point de vue biologique. Ces plantes offrent des sources de nourriture et d'habitat, favorisent la pollinisation, hébergent de potentielles sources de biocontrôle, assurent un couvert végétal au sol cultivé, préviennent l'érosion et la perte de nutriments et protègent les communautés microbiennes bénéfiques du sol [2]. Si vous souhaitez contribuer à la meilleure connaissance des adventices et des plantes messicoles, participez au programme de sciences participatives suivant : https://www.vigienature.fr/fr/flore/sauvages-de-ma-rue .


Chez GreenPRAXIS, nous proposons des solutions fondées sur la nature et nous quantifions leurs bénéfices, afin que ces solutions soient durables, sans danger et génératrices de valeur économique.





 

References:


[1] : https://www.ecologie.gouv.fr/pesticides-pollutions-diffuses


[2] : UN environment, 2018, Early warning, emerging issues, and futures (10). https://stg-wedocs.unep.org/bitstream/handle/20.500.11822/26729/foresight_brief_010.pdf?sequence=1&isAllowed=y


[3] : Antier, C., Andersson, R., Auskalnienė, O., Barić, K., Baret, P., Besenhofer, G., Calha, I., Carrola Dos Santos, S., De Cauwer, B., Chachalis, D., Dorner, Z., Follak, S., Forristal, D., Gaskov, S., Gonzalez Andujar, J. L., Hull, R., Jalli, H., Kierzek, R., & al. (2020). A survey on the uses of glyphosate in European countries. INRAE. https://doi.org/10.15454/A30K-D531


[4] : Leoci, Raffaella, and Marcello Ruberti. 2020. “Glyphosate in Agriculture: Environmental Persistence and Effects on Animals. A Review.” Journal of Agriculture and Environment for International Development (JAEID) 114 (1): 99–122. https://doi.org/10.12895/jaeid.20201.1167.


[5] : Kudsk, Per, and Solvejg Kopp Mathiassen. 2020. “Pesticide Regulation in the European Union and the Glyphosate Controversy.” Weed Science 68 (3): 214–22. https://doi.org/10.1017/wsc.2019.59.


[6] : FAO, 2021. https://www.fao.org/conservation-agriculture/en/


[7] : Palm, Cheryl, Humberto Blanco-Canqui, Fabrice DeClerck, Lydiah Gatere, and Peter Grace. 2014. “Conservation Agriculture and Ecosystem Services: An Overview.” Agriculture, Ecosystems & Environment, Evaluating conservation agriculture for small-scale farmers in Sub-Saharan Africa and South Asia, 187 (April): 87–105. https://doi.org/10.1016/j.agee.2013.10.010.


[8] : Scopel, Eric, Bernard Triomphe, François Affholder, Fernando Antonio Macena Da Silva, Marc Corbeels, José Humberto Valadares Xavier, Rabah Lahmar, et al. 2013. “Conservation Agriculture Cropping Systems in Temperate and Tropical Conditions, Performances and Impacts. A Review.” Agronomy for Sustainable Development 33 (1): 113–30. https://doi.org/10.1007/s13593-012-0106-9.


[9] : Fogliatto, Silvia, Aldo Ferrero, and Francesco Vidotto. 2020. “Chapter Six - Current and Future Scenarios of Glyphosate Use in Europe: Are There Alternatives?” In Advances in Agronomy, edited by Donald L. Sparks, 163:219–78. Academic Press. https://doi.org/10.1016/bs.agron.2020.05.005.


[10] : García-Pérez, José Antonio, Enrique Alarcón-Gutiérrez, Yareni Perroni, and Isabelle Barois. 2014. “Earthworm Communities and Soil Properties in Shaded Coffee Plantations with and without Application of Glyphosate.” Applied Soil Ecology, XVI International Colloquium on Soil Zoology & XIII International Colloquium on Apterygota, Coimbra, 2012 – Selected papers, 83 (November): 230–37. https://doi.org/10.1016/j.apsoil.2013.09.006.


[11] : Gaupp-Berghausen, Mailin, Martin Hofer, Boris Rewald, and Johann G. Zaller. 2015. “Glyphosate-Based Herbicides Reduce the Activity and Reproduction of Earthworms and Lead to Increased Soil Nutrient Concentrations.” Scientific Reports 5 (1): 12886. https://doi.org/10.1038/srep12886.


[12] : Garrison, Andrew J., Adam D. Miller, Matthew R. Ryan, Stephen H. Roxburgh, and Katriona Shea. 2014. “Stacked Crop Rotations Exploit Weed-Weed Competition for Sustainable Weed Management.” Weed Science 62 (1): 166–76. https://doi.org/10.1614/WS-D-13-00037.1.


[13] : Storkey, J, and P Neve. 2018. “What Good Is Weed Diversity?” Weed Research 58 (4): 239–43. https://doi.org/10.1111/wre.12310.


[14] : Battisti, Lucas, Michele Potrich, Amanda Roberta Sampaio, Nédia de Castilhos Ghisi, Fabiana Martins Costa-Maia, Raiza Abati, Claudia Bueno dos Reis Martinez, and Silvia Helena Sofia. 2021. “Is Glyphosate Toxic to Bees? A Meta-Analytical Review.” Science of The Total Environment 767 (May): 145397. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2021.145397.


[15] : Luo, Qi-Hua, Jing Gao, Yi Guo, Chang Liu, Yu-Zhen Ma, Zhi-Yong Zhou, Ping-Li Dai, Chun-Sheng Hou, Yan-Yan Wu, and Qing-Yun Diao. 2021. “Effects of a Commercially Formulated Glyphosate Solutions at Recommended Concentrations on Honeybee (Apis Mellifera L.) Behaviours.” Scientific Reports 11 (1): 2115. https://doi.org/10.1038/s41598-020-80445-4.


[16] : Müller, Birgit. 2020. “Glyphosate—A Love Story. Ordinary Thoughtlessness and Response‐ability in Industrial Farming.” Journal of Agrarian Change, no. 21: 160–79. https://doi.org/10.1111/joac.12374.


[17] : Tamburini, Giovanni, Riccardo Bommarco, Thomas Cherico Wanger, Claire Kremen, Marcel G. A. van der Heijden, Matt Liebman, and Sara Hallin. 2020. “Agricultural Diversification Promotes Multiple Ecosystem Services without Compromising Yield.” Science Advances 6 (45): eaba1715. https://doi.org/10.1126/sciadv.aba1715.










1 vue