Insectes pollinisateurs : pourquoi sont-ils en danger et pourquoi est-ce important ?


Qu'est-ce que la pollinisation ?

La pollinisation se définit comme le transfert du pollen (gamète mâle) de la partie mâle à la partie femelle d'une plante, permettant la fécondation et plus tard la production de graines et de fruits.

Les pollinisateurs sont des animaux qui visitent les fleurs pour boire principalement du nectar ou se nourrir de pollen mais qui, trompés par la plante, transportent également les grains de pollen en se déplaçant d'un endroit à l'autre (Image 1). Les vertébrés tels que les chauves-souris, les oiseaux, les singes, les opossums, les rongeurs et certains lézards pollinisent également les plantes. Mais dans cet article, nous ne parlerons que des insectes pollinisateurs.


Image 1. Bourdon couvert de pollen. (Crédit : P7r7 / Creative Commons 3.0)

Les insectes pollinisateurs communs, pas seulement les abeilles domestiques :

Bien que les abeilles domestiques (Apis mellifera) soient le pollinisateur le plus important au monde, d'autres insectes pollinisateurs sont généralement ignorés mais sont tout aussi importants que les abeilles domestiques, fournissant entre 25 et 50 % des visites aux fleurs des cultures [1].

Ces autres insectes pollinisateurs comprennent les coléoptères, les mouches (y compris les mouches des abeilles, les syrphes, les mouches à viande et les moustiques), les fourmis, les papillons de nuit, les papillons, les bourdons, les abeilles solitaires et les guêpes (image 2).

Pourquoi les insectes pollinisateurs sont-ils importants pour notre économie ?

Environ 80 % de toutes les espèces de plantes à fleurs ont besoin d'être pollinisées par des animaux, principalement des insectes. Les insectes pollinisateurs améliorent ou stabilisent le rendement de trois quarts de tous les types de cultures dans le monde, ce qui représente environ 35 % de la production végétale mondiale en volume [2,3].


Bien qu'il soit difficile de traduire l'importance des insectes en termes économiques, certaines études ont estimé l'importance des pollinisateurs pour les économies nationales et mondiales. Lautenbach et ses collaborateurs (2012) ont estimé les avantages économiques des services de pollinisation mondiaux à 190-467 milliards d'euros en 2009. Cette étude a également estimé que 9,4% du produit intérieur brut agricole mondial dépend des pollinisateurs [4,5].


Aux États-Unis, par exemple, on estime que les insectes pollinisateurs contribuent à hauteur de 29 milliards de dollars au revenu agricole chaque année [6]. En France, la production végétale destinée à la consommation humaine attribuable à l'action des insectes pollinisateurs représente une valeur comprise entre 2,3 et 5,3 milliards d'euros (2010), soit entre 5,2% et 12% de la valeur totale de la production [7]. Parmi les cultures pour lesquelles les pollinisateurs sont les plus importants en France, on trouve le melon, la pastèque, les cucurbitacées, les pommes, les cerises, les concombres et les cornichons.


Image 2 : Colibri-épervier consommant le nectar d'un zinnia rose


Quels sont les principaux facteurs de son déclin ?

Des études récentes ont estimé à 45 % le déclin mondial des populations d'insectes au cours des quatre dernières décennies [8]. De nombreux facteurs sont en cause dans ce déclin, mais la plupart des scientifiques l'attribuent à l'utilisation généralisée des pesticides, à l'augmentation des monocultures (autopollinisantes) telles que le maïs et le soja, et à la destruction des habitats liée à l'urbanisation [2].


L'utilisation généralisée des pesticides et leur impact sur les espèces non ciblées sont particulièrement préoccupants. Une classe particulière de pesticides appelée néonicotinoïdes, utilisée pendant de nombreuses années en Europe jusqu'à une interdiction partielle en 2013, est le principal suspect des pertes d'insectes. En effet, ce type de pesticide induit des comportements anormaux et réduit les performances pollinisatrices des abeilles domestiques [9].


Ce qui est probablement plus inquiétant, c'est que jusqu'à présent, seul le déclin des populations d'abeilles domestiques a fait l'objet d'une attention publique généralisée, tandis que le reste du monde des insectes a été largement ignoré. La situation pourrait bien être pire que nous ne le pensons.

Que pouvons-nous faire pour aider ?

Aujourd'hui, les citoyens jouent un rôle précieux et croissant dans les programmes de surveillance, principalement en signalant les observations d'espèces de pollinisateurs. Cette pratique, également connue sous le nom de science citoyenne, fait appel à une main-d'œuvre nombreuse et volontaire qui peut recueillir beaucoup plus de données que toute autre méthode. De nombreuses initiatives en Amérique du Nord et en Europe impliquent des citoyens dans la surveillance de différents pollinisateurs tels que les abeilles domestiques, les papillons et les bourdons. Pour obtenir une liste de certaines organisations, consultez le site de l'UE Science for Environment Policy (page 53, encadré 14) [5].


Si vous disposez d'un peu d'espace dans votre jardin ou sur votre terrain, plantez des fleurs sauvages et installez des hôtels à insectes bien conçus pour fournir de la nourriture et un habitat à toutes sortes de pollinisateurs, notamment les abeilles, les coléoptères et les papillons (image 3) [10]. Il est nécessaire de changer de perspective pour évaluer la biodiversité des pollinisateurs des cultures et la valeur économique de la pollinisation, sans se focaliser uniquement sur l'abeille. Les chercheurs, les décideurs politiques et le grand public devraient prendre en compte la valeur et les services fournis par d'autres insectes, tels que les mouches, les guêpes, les coléoptères et les papillons de nuit - des pollinisateurs importants qui sont actuellement négligés.

Enfin, n'oubliez pas que les abeilles mellifères ne sont qu'une espèce d'abeilles et aussi qu'une espèce d'insectes pollinisateurs.


Image 3. Les prairies de fleurs sauvages fournissent un habitat et de la nourriture à de nombreuses espèces de pollinisateurs.



Références

1. Rader R et al. 2016. Non-bee insects are important contributors to global crop pollination. PNAS 113 (1): 146-151. DOI: 10.1073/pnas.1517092112

2. Schwägerl C. 2016. What’s causing the sharp decline in insects, and why it matters. Yale Environment 360. Available at: https://e360.yale.edu/features/insect_numbers_declining_why_it_matters

3. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). 2021. FAO's Global Action on Pollination Services for Sustainable Agriculture. Available at: https://www.fao.org/pollination/background/en/

4. Lautenbach S, Seppelt R, Liebscher J & CF Dormann. 2012. Spatial and temporal trends of global pollination benefit. Plos ONE 7(4): e35954. DOI: 10.1371/journal.pone.0035954

5. Science for Environment Policy. 2020. Pollinators: importance for nature and human well-being, drivers of decline and the need for monitoring. Future brief produced for the European Commission DG Environment. Bristol: Science Communication Unit, UWE Bristol.

6. Ramanujan K. 2012. Insect pollinators contribute $29 billion to U.S. farm income. Cornell Chronicle. Available at: https://news.cornell.edu/stories/2012/05/insect-pollinators-contribute-29b-us-farm-income

7. L’Evaluation française des écosystèmes et des services écosystèmiques (EFESE). 2016. Le service de pollinisation. Ministère de l’Environnment, de l’Énergie et de la Mer. Available at: https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Th%C3%A9ma%20-%20Efese%20-%20Le%20service%20de%20pollinisation%20-%20Analyse.pdf

8. Rodolfo Dirzo et al. 2014. Defaunation in the Anthropocene. Science 345 (6195): 401-406. DOI: 10.1126/science.1251817

9. Colin T, Meikle WG, Wu X & AB Barron. 2019. Traces of a neonicotinoid induce precocious foraging and reduce foraging performance in honeybees. Environmental Science & Technology 53 (14): 8252-8261. DOI: 10.1021/acs.est.9b02452

10.Turner A. 2021. ‘Honeybees are voracious’: is it time to put the brakes on the boom in beekeeping? The Guardian: Environment. Available at:https://www.theguardian.com/environment/2021/jul/24/this-only-saves-honeybees-the-trouble-with-britains-beekeeping-boom-aoe

0 views